Skip to content

« Emily the Strange #1 : « Les Jours Perdus » de Rob Reger, Jessica Gruner & Buzz Parker

17 juillet 2012

Emily, renommée Earwig par elle-même, ne se souvient de rien quand elle se ‘‘réveille’’ d’une étrange rêverie floue dans le sombre village de Blackrock. Elle trouve refuge dans le café El Dungeon, auprès de Raven, la serveuse un tantinet… bizarre. Évoluant de jour comme de nuit avec quatre chats (elle les préfère aux humains, qu’elle ne porte pas particulièrement dans son cœur) et ne se reposant (dans le carton de réfrigérateur qui lui sert d’abris) que pour faire d’excellents cauchemars qui la revigorent, Earwig erre, à la recherche d’indices. Qui est-elle ? Pourquoi personne ne semble la (re)connaître ? Pourquoi est-elle frappée d’amnésie et comment s’est-elle retrouvée sur ce banc ? Comment appelle-t-on un bébé chat ? Elle remplit son carnet d’hypothèses farfelues, de listes toujours en 13 points, de dessins et de polaroïds, mais surtout d’observations. Elle étudie le village et ses villageois, et le comportement des étranges clients du café, sources intarissables.

Intriguée depuis que ce livre repose dans ma bibliothèque, je me suis enfin décidée à me lancer… et je vous avoue que j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire, et pas qu’un peu. Jusqu’à la moitié du roman, j’ai failli lâcher celui-ci plusieurs fois. Certes, l’ambiance du livre se fait ressentir dès les premières pages et on peut admirer les auteurs pour ce fait, mais il ne se passe rien. Earwig tourne en rond, s’ennuie parfois et suivant son exemple je me suis à mon tour ennuyée. Elle recherche des indices sur son identité, oui, mais sa démarche m’a parfois donné envie de la secouer un bon coup… bref, vous l’aurez compris, je n’étais au départ pas convaincue. Mais heureusement, l’intrigue prend un nouveau tournant dans la seconde moitié du livre. Les différents éléments, jusqu’alors rares et brouillons, prennent sens et se multiplient, et des ‘‘ennemis’’ et obstacles apparaissent et rythment un peu plus le récit (même si ceux-ci restaient un peu trop lointains à mon goût, Earwig ne se retrouve à aucun moment réellement au pied du mur…). J’ai également été agréablement surprise par le caractère fantastique qui se glisse discrètement dans les lignes.

Le point fort de cet ouvrage reste son ambiance particulière, autant dans les mots de Jessica Gruner et Rob Reger que dans les illustrations de ce dernier et de Buzz Parker. Le tout est surprenant, et si vous aimez les atmosphères Tim Burtonesques, je pense que vous pouvez tenter sans danger cette lecture, j’en tire pour ma part un sentiment positif malgré tout 🙂

Emily the Strange #1 : Les Jours Perdus, de Rob Reger et Jessica Gruner,
illustré par Rob Reger et Buzz Parker, Michel Lafon,
I
SBN 978-2749913117, 253 pages, 14,95 €,
Liens : Bibliomania, Amazon

Enjoy !

Publicités
4 commentaires leave one →
  1. 18 juillet 2012 22hi

    C’est vrai que l’histoire est lente à démarrer, mais l’univers un tantinet déjanté m’a bien plu et j’ai bien envie de m’attaquer aux tomes suivants 🙂

    • 27 juillet 2012 14hi

      Je lirais peut-être la suite si ma soeur l’achète (c’est à elle que j’ai emprunté le premier tome :)) ou si je la croise en bibliothèque, mais je pense que cela restera un bon souvenir mais sans plus pour ma part 🙂 Par conte je suis d’accord avec l’univers un tantinet déjanté bien plaisant 😉

  2. 20 novembre 2012 17hi

    J ai ADOREE CETAIT SUPER VIVEMENT LE PROCHAIN TOMES

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :