Skip to content

« Le Pacte des MarchOmbres #1 : Ellana » de Pierre Bottero

29 décembre 2010

COUP DE CŒUR !

S’il vous plaît. S’il vous plaît, lisez ce livre, pour moi, pour vous. Pour ressentir ce que j’ai ressenti. Pour suivre la voie marchombre, pour comme moi avoir des frissons à la lecture d’un des (nombreux) (très nombreux) passages tout simplement magnifiques. Pour rester interdit devant une page, pendant quelques secondes, quelques minutes qui semblent des heures, une éternité merveilleuse. Pour relire un passage, une énième fois.

Après l’avoir fini, et encore pendant quelques jours, je me sentais toute chamboulée ! Cet auteur me fait vraiment de l’effet, et Ellana encore plus, ou du moins différemment qu’Ewilan… Et le pire, c’est que je ne sais pas vraiment pourquoi. Enfin si, c’est une histoire envoutante et certains passages m’ont tout simplement scotchés, mais à ce point là c’est… waouw !

Bien plus que les autres œuvres de l’auteur (et j’aurai presque envie d’y mettre une majuscule, il la mériterai) , ce livre est poétique. Parce que truffé de ver, de poésie marchombre. Parce que Pierre Bottero savait écrire, tout simplement.

Limites sans cesse repoussées
Plaisir infini
Écriture.

Petite, Ellana est retrouvée par deux Petits, après une bataille dans laquelle ses parents ont disparus. A 12 ans, elle décide de partir à la recherche d’indices, à la recherche d’elle-même. Sur sa route, elle découvre Jilano, qui l’invite à arpenter une voie dont elle n’avait jamais entendu parler auparavant.

La voie des marchombres.

Les marchombres arpentent une voie qui leur est propre. Une voie pavée d’absolu mais périlleuse et solitaire. Une voie sans retour. Rares sont ceux qui s’y lancent. Elle ne t’apportera ni richesse ni consécration, elle t’offrira en revanche un trésor que les hommes ont oublié : ta liberté. [p. 203]

Le début est déjà génial, mais différent… plutôt, comme adorable 🙂 avec la petite Ipiu.

– Maman, pourquoi les nuages vont dans un sens et nous dans l’autre ?
Isaya sourit, caressa la joue de sa fille du bout des doigts.
– Il y a deux réponses à ta question. Comme à toutes les questions, tu le sais bien. Laquelle veux-tu entendre ?
– Les deux.
– Laquelle en premier alors ?
La fillette plissa le nez.
– Celle du savant.
– Nous allons vers le nord parce que nous cherchons une terre où nous établir. Un endroit où construire une belle maison, élever des coureurs et cultiver des racines de niam. C’est notre rêves depuis des années et nous avons quitté Al-Far pour le vivre.
– Je n’aime pas les galettes de niam…
– Nous planterons aussi des fraises, promis. Les nuages, eux, n’ont pas le choix. Ils vont vers le sud parce que le vent les pousse et, comme ils sont très léger, ils sont incapables de lui résister.
– Et la réponse du poète ?
– Les hommes ont comme des nuages. Ils sont chassés en avant par un vent mystérieux et invisible face auquel ils sont impuissants. Ils croient maîtriser leur routes et se moquent de la faiblesse des nuages, mais leur vent à eux est mille fois plus fort que celui qui souffle là-haut.
La fillette croisa les bras et paru se désintéresser de la conversation afin d’observer un vol de canards au plumage chatoyant qui se posaient sur la rivière proche. Indigo, émeraude ou vert pâle, ils se bousculaient dans une cacophonie qui la fit rire aux éclats. Lorsque les chariots eurent dépassé les volatiles, elle se tourna vers sa mère.
– Cette fois, je préfère la réponse du savant.
– Pourquoi ? demanda Isaya qui avait attendu sereinement la fin de ce qu’elle savait être une intense réflexion.
– J’aime pas qu’on me pousse en cachette. [p. 12]

Mais au plus on avance dans le récit, au plus l’écriture est captivante, poétique. Profonde.

Élan de vie
Murs oubliés
Libre.

Ellana demeura immobile un long moment, son cœur battant à grands coups dans sa poitrine. La porte était béante. Six mots. Six flèches s’étaient fichées en elle [p. 203]

J’ai l’impression que je pourrai vous parler de ce livre pendant des heures et même plus. Mais en même temps, j’ai l’impression de ne rien avoir à dire, comme si ce que je ressentais dépassait les mots. Pierre Bottero lui-même écrit, par la pensée d’Ellana :

Ce qu’elle ressentait se situait au-delà des mots, si fort, si vrai et elle rageait de ne pas pouvoir l’exprimer
Ce fut Sayanel qui lui tendit un stylet. Elle le saisit avec un regard reconnaissant et, sans réfléchir, traça trois lignes sur le bois de la table.

Force lumineuse et bienveillante
Gratitude infinie pour celui qui guide
Repect.

Jilano porta la main droite à son cœur. Aucun mot ne sortir de sa bouche. Seuls ses yeux parlèrent. [p. 315]

J’aimerai pouvoir exprimer ce que je ressens de cette manière, peut-être comprendriez-vous alors, mais malheureusement je n’ai ni stylet ni table de bois à disposition 😛 et surtout pas le talent nécessaire 😉 Alors j’espère que je vous aurais convaincu à ma manière…

Et pour finir, un extrait qui m’a particulièrement émerveillée, et qui depuis tourne en bouche dans ma tête. Mais il se trouve dans un moment clé, donc je le mets en spoiler pour ceux qui ne l’ont pas encore lu.. mais pour les autres, pour le plaisir des yeux, du coeur (cliquez-glissez votre souris entre les […] pour lire :)) :

[La lumière y pénétrait par une multitude d’ouvertures minuscules dans son plafond et, colorée par l’ocre de la pierre, tombait en rais parallèles sur le sol et le large bassin creusé en son centre. La roche était polie comme si des millions de mains infatigables avaient oeuvré pendant des siècles à gommer toute aspérité, arrondissant les angles et lissant les surfaces jusqu’à ce qu’elles deviennent soyeuses au toucher et ondoyante au regard.
Plongée dans un état second, Ellana avança jusqu’au bassin. L’eau était claire pourtant le fond restait invisible, trop lointain pour que le regard traverse les reflets moirés qui le dissimulaient.
Elle mit un pied dans l’eau, sursautant sous inattendue morsure de sa fraîcheur. Pour la première fois, elle marqua un temps d’hésitation. Une voix s’éleva alors du bassin, au diapason parfait du Murmure qui vibrait en elle. Un peu plus grave, aussi sereine et, bien qu’incompréhensible, aussi limpide de sens.
– Qui es-tu ?
Ellana n’hésita pas.
– Il y a deux réponses à cette question comme à toute les questions. Celle du savant et celle du poète.
– Celle du savant.
– Je suis marchombre.
– Celle du poète.
– Je suis marchombre.
La voix devint un chant. Ellana eut l’impression qu’une main douce et maternelle s’emparait de la sienne pour la guider vers l’avant.
Ellana s’immergea avec lenteur.
Avec lenteur, elle nagea vers le centre du bassin. La voix chantait, si pure qu’en un éclair de lucidité Ellana comprit que le Murmure qui l’avait guidée jusqu’à la grotte n’avait été que son écho, si belle qu’elle emplissait son être de clarté. Chaude et bienveillante.
L’idée de la fatigue comme celle d’inquiétude lui étaient devenues étrangères et elle ne marqua qu’une brève pointe de surprise lorsque, contre toute attente, ses muscles s’engourdirent.
Elle se trouvait au centre du bassin, éclairée par un halo de lumière mordorée. Ses bras, d’abord, cessèrent de battre l’eau, puis ses jambes à leur tour se figèrent.
Les yeux grands ouverts, elle s’enfonça sans bruit vers les profondeurs mystérieuses qui l’attendaient.
Jamais la voix n’avait chanté aussi fort.]

PS/ J’ai d’abord écrit cette chronique sur papier, et en bas de ma feuille, au crayon, j’ai écrit :
« Je me sens toute drôle… 5 heures après l’avoir fini. C’est grave, docteur ? 😛
Quoique, ça ne peut pas être grave, puisque je me sens super bien 🙂 Je crois que je pourrai rester des heures comme ça, à regarder dans le vide et à penser à Ellana, à me ressasser encore et encore certains passages. »

PPS/ Merci à Pholi, de m’avoir poussée et poussée encore à lire ce livre, et à me l’avoir prêté le moment venu 😀 Et merci à Snow d’avoir fait un sorte que ce moment vienne, grâce à sa LC 😀

PPPS/ Dire que Pierre Bottero… n’est plus là. 😥


Le Pacte des MarchOmbres #1 :
Ellana
Auteur : Pierre Bottero
Edition : Rageot (Rageot)
Prix (broché) : 16 €
Pages : 426

#1 : Ellana ; #2 : Ellana l’envol ; #3 : Ellana la prophétie

——————————————————————————————————————————————————————-

Ce livre a été lu dans le cadre d’une LC organisée par Snow, ici, avec :
Snow (of course :P), Marmotte, Galleane, Ethernya, Paikanne, Naki2164, Mamzellebulle & Ryuuchan

Et puis, même si je n’y suis pas, le lien d’un forum créé par Maxo0 sur les oeuvres de ce cher auteur génialissime :) >> ici

Et cette lecture faisait partie des Baby-Challenges Jeunesse & Fantasy :)

Publicités
15 commentaires leave one →
  1. 17 décembre 2010 18hi

  2. 28 décembre 2010 11hi

    C’est sûr, moi aussi ça m’a fait ça…
    Tu as lu « Le chant du troll » ?

    • 5 janvier 2011 18hi

      Pas encore, mais je l’ai offert à ma soeur pour Noël et elle l’a fini, donc je crois que c’est pour bientôt 🙂

  3. 29 décembre 2010 17hi

    Eh bien eh bien, je lis l’article à l’instant (pas la petite phrase que tu avais mise avant), quel enthousiasme ! C’est sûr que cette trilogie ne fait pas du tout le même effet que les deux trilogie Ewilan. J’ai trouvé ça plus profond.

    • 5 janvier 2011 18hi

      Contente que mon enthousiasme soit visible, si ça peut en convaincre 😀 Je suis convaincue qu’Ellana est un des romans qu’il faut avoir lu dans sa vie ♥ 🙂

      Je trouve aussi. Plus poétique, plus profond.. et moins jeunesse, quand on y réfléchit, même si c’est quand même le genre principal, et que pour moi ce n’est pas un inconvénient 🙂

  4. 30 décembre 2010 17hi

    Du pur bonheur, ca a été également un gros coup de coeur pour moi.

  5. 30 décembre 2010 20hi

    C’est vrai que c’est une belle histoire encore une fois.

  6. Vanessa permalink
    11 mai 2012 21hi

    Chaines d’aciers
    Volatilisée
    Liberté

  7. Marion permalink
    18 juin 2012 13hi

    Comme toi, j’admire énormément Pierre Bottero et je suis heureuse de voir que quelqu’un ressente la même chose que moi en lisant ses livres. Tu en parles très bien, moi j’ai plus de mal à exprimer ce que je ressens en lisant un livre. Mais le frissons et tout le reste, c’est exactement ça. Je pense que c’est un de ces livres que tu n’oublies pas, et qui t’ouvre l’esprit.

Trackbacks

  1. Baby-challenges Livraddict ! « Desirdelire ☼
  2. Challenge « Beau Terrien  « Desirdelire ☼
  3. Ellana (tome 1) – Pierre Bottero | Bulle de Livre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :