Skip to content

« Le tableau du Maître flamand » de Arturo Perez-Reverte

21 juillet 2010

 Avez-vous eu déjà eu une panne de livres pendant vos vacances ? A l’étranger, c’est le pire. Mais quand on est dans un petit village où il y a juste une boulangerie, ce n’est pas mal non plus. Heureusement, quand ça m’est arrivé, j’ai pu trouver une jolie petite librairie dans la ville la plus proche. Mais il s’est écoulé deux-trois jours avant d’aller dans cette ville. Et deux-trois jours sans livres, comment on fait pour survivre ? Alors, quelqu’un avec qui je voyageais m’a prêté un livre… un thriller, pas le genre de livre que je lis d’habitude, mais elle a dit que ça me plairait surement… alors j’ai testé, je n’avais rien à perdre !

Julia, restauratrice de tableaux anciens,  reçoit un matin ordinaire un tableau ordinaire à restaurer. Le quotidien. Enfin, un tableau d’apparence ordinaire. Parce qu’en passant le tableau aux rayons X, elle découvre une inscription qui a été recouverte de peinture peu de temps après l’achèvement du tableau. Qui a tué le cavalier ? Qui pourrait aussi se traduire par Qui a pris le cavalier ?, étant donné que la scène du tableau représente deux personnages en train de jouer une partie d’échecs. Julia découvre qu’un des personnages est mort avant que le peintre ne peigne son tableau. L’inscription se rapporterait-elle à lui ? La restauratrice, assistée de César, son ami depuis toujours, décide de résoudre l’énigme vieille de 500 ans. Qui a tué le cavalier ? Mais bientôt, de nouveaux crimes surviennent, qui ont tous l’air d’avoir un rapport avec La partie d’échec, de Pieter Van Huys. Julia, déjà enlisée jusqu’au cou dans l’histoire, décide de régler cette affaire là également. Une partie d’échec, ça se joue aussi à l’envers. Si si !

Reprenons, donc : je n’avais rien à perdre, j’ai donc testé… Et c’était pas mal, pas mal du tout même ! J’ai réussi à entrer dans l’intrigue, et à la fin le suspens me tenait ! Je ne m’attendais pas du tout à la fin, je dois dire 😛 Pas mon genre de lecture au départ, donc, mais je ne suis pas déçue.

Le tableau du Maître flamand, Arturo Perez-Reverte, Le livre de poche, 346 pages

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. 1 septembre 2010 19hi

    ca me fait un peu penser à « da vinci code »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :